BRUMES

Une proposition théâtrale dès 12 ans entre récit, cinéma et concert
Conception, écriture, mise en scène : Sandrine Nicolas
Création Janvier 2021 pour la forme HLM, Novembre 2021 pour la forme scénique

Un proverbe malien dit que le chemin le plus court pour aller d’un point à un autre n’est pas la ligne droite, c’est le rêve.
Brumes est en « cavale » et elle développe un regard onirique sur le monde qui l’entoure. Elle commence par se livrer comme une boxeuse face au sac de frappe avec force et sans concession. Menton haut et verve cinglante, impulsée par un son jazz hip hop, elle chemine. De pas en pas, la fureur laisse place à des pensées sensibles. L’adolescente au plus profond d’elle-même traverse des paysages fantasmagoriques d’où elle convoque des voix familières, ses fantômes. Plus qu’une fugue, Brumes est une exploration à l’intérieur de soi.

Brumes est un spectacle conçu sous deux formes, l’une « Tout Terrain » pour les salles de classe et lieux non théâtraux, et l’autre pour la scène.

«Y’a rien ici qui me rassure ou me fait envie.
Entre ma mère et son chagrin, mon père et son absence,
mon frère et sa mort, mes potes et leurs intolérances…
Et toutes les miennes… Je me sens mal. »
BRUMES (extrait)

Le sujet
Brumes, c’est une jeune fille qui fugue. Une fugue immobile (ou presque) à grandes enjambées verbales.
Le spectacle commence par un film. Une première scène : à l’intérieur d’une voiture, une dispute entre une mère et sa fille adolescente. La mère hurle à sa fille de sortir, la jeune fille sort et claque la portière. Au moment où la portière claque, le personnage, Brumes, débarque en chair et en os et va, à la façon d’un « ego-trip », livrer son récit.
Brumes porte un regard sur l’adolescence. Cette période de la vie où nous naviguons entre brouillard et clairvoyance. Les cartes sont rebattues. Rien ne sera jamais plus comme avant. Il faut chercher ses propres vérités, conquérir la vie … Alors on questionne les règles, on invente d’autres lois.

Le duo voix/ LSF
Sandrine Nicolas souhaite expérimenter la piste d’une présence supplémentaire au plateau; une sorte d’alter ego de Brumes qui apporte une autre dimension au voyage introspectif de l’adolescente en fugue.
La recherche autour de la spatialisation du son, lui a donné envie d’un contre point au rythme des mots. Un aspect visuel du son. Une gestuelle des émotions.
A donc germé l’idée d’une 3è version du spectacle, proposant un double de Brumes en LSF. Il ne s’agit pas de traduire le récit. Mais de créer un véritable duo voix/ LSF où le récit parfois dédoublé, parfois en relais, parfois en écho, gagnerait à la fois en compréhension et en mystère.
Deux façons en sororité d’impulser le discours de BRUMES.
C’est après avoir vu des extraits du projet « Hip Hop Symphonique », dans lequel une jeune femme chansigne en direct les performances des rappeurs en LSF, avec une ardeur gestuelle digne du plus percutant des beatboxers, que cette envie d’un duo pour BRUMES est née.